Skip to content
Aperçus > Marchés et finances

La Suisse est en tête des connexions Internet mondiales en termes de vitesse.

2 minutes de lecture | Avril 2011

Les jours de l'accès à l'internet par ligne commutée (vitesse jusqu'à 128Kb) sont comptés, car les consommateurs du monde entier optent pour les connexions internet rapides, voire super rapides, désormais disponibles. La société Nielsen a récemment mesuré et comparé les vitesses de connexion sur les ordinateurs domestiques en février 2011 dans neuf pays et a analysé l'influence de la vitesse sur le temps que les consommateurs passent en ligne. Les vitesses de connexion ont été divisées en quatre groupes : "lent" (jusqu'à 512Kb), "moyen" (512Kb - 2Mb), "rapide" (2Mb - 8Mb) et "super rapide" (8Mb+).

Dans tous les pays mesurés, à l'exception d'un seul, la vitesse de connexion la plus courante est désormais la vitesse "rapide" et seul un faible pourcentage de personnes se connecte à des vitesses "lentes". En moyenne, dans les neuf pays, 19 % des internautes se connectent à des vitesses "super rapides", 47 % à des vitesses "rapides", 26 % à des vitesses "moyennes" et 8 % à des vitesses "lentes". Seul le Brésil contredit cette tendance avec près de la moitié (48%) des internautes à domicile sur des vitesses de connexion "moyennes" et près d'un tiers (31%) sur des vitesses "lentes".

La Suisse a, de loin, la population la plus rapidement connectée, avec 88 % des consommateurs en ligne à domicile se connectant à des vitesses supérieures à 2Mb - et 38 % ayant une connexion "super rapide" de 8Mb+. Après la Suisse, ce sont les États-Unis (29 %) et l'Allemagne (27 %) qui présentent la plus forte concentration de personnes disposant de connexions "super rapides". En fait, ces trois pays comptent désormais plus de personnes se connectant à des vitesses "super rapides" qu'à des vitesses "moyennes" (512Kb à 2Mb). À l'autre bout du spectre, le Brésil compte huit fois plus d'utilisateurs d'Internet à des vitesses "moyennes" (48 %) qu'à des vitesses "super rapides" (6 %).

Audience Internet active par vitesse de connexion

Comment la vitesse de connexion influe-t-elle sur le temps que les internautes passent en ligne ? Des vitesses plus élevées sont-elles synonymes d'une plus grande efficacité et donc d'une diminution du temps passé en ligne, ou bien une expérience de meilleure qualité encourage-t-elle une plus grande activité ? La réponse : il n'y a pas de modèle unique dans tous les pays mesurés ; cependant, les personnes qui bénéficient des vitesses les plus faibles ont tendance à passer le moins de temps en ligne à la maison. Seules la France et l'Allemagne inversent la tendance parmi les neuf pays mesurés, et dans six de ces pays, les consommateurs utilisant des connexions "rapides" (2Mb-8Mb) passent le plus de temps en ligne.

La Suisse présente le schéma le plus linéaire - plus la vitesse est élevée, plus le temps passé en ligne est important - puisque les personnes utilisant une connexion "super rapide" (21 heures, 20 minutes) passent deux fois plus de temps en ligne que les personnes utilisant une connexion "lente" (10 heures, 1 minute). L'Italie est le seul autre pays qui suit ce schéma linéaire, mais les différences de temps sont beaucoup moins perceptibles.

En fait, pour tous les pays à l'exception de la Suisse, les différences absolues de temps entre les différents débits ne sont généralement pas très importantes. Ce n'est qu'en Australie, au Royaume-Uni et en Espagne que l'on observe des différences notables entre ceux qui passent le moins de temps en ligne à partir de leur ordinateur personnel (les personnes disposant d'une connexion "lente") et ceux qui en passent le plus (les connecteurs "rapides").

Temps d'accès à l'internet en fonction de la vitesse de connexion