Skip to content
Connaissances > Audiences

Fiers de définir les tendances : Le rapport 2015 sur les consommateurs LGBT

1 minute de lecture | Juillet 2015

Quelle est la prochaine grande nouveauté ? C'est une question que les détaillants, les fabricants et les spécialistes du marketing se posent sans cesse afin d'être à la pointe de la croissance grâce aux dernières innovations, aux médias et aux groupes de consommateurs. Et lorsqu'il s'agit de trouver des précurseurs dans ces domaines, ils seraient bien avisés de prendre note des ménages américains lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT).

Non seulement les ménages LGBT américains font 10 % de plus de voyages d'achat en un an que le ménage américain moyen, mais ils achètent plus à la caisse. Au total, les ménages LGBT ont dépensé en moyenne 4 135 dollars dans les magasins de détail en 2014 - soit 7 % de plus que les consommateurs non LGBT. Ce type de dépenses rend les consommateurs LGBT attrayants pour l'attrait marketing à travers la musique, le sport, la télévision et les parrainages de marques. Non seulement ils regardent et écoutent à des taux plus élevés que les ménages non-LGBT, mais dans de nombreux cas, ils influencent également le contenu et les personnages de ces médias.

La communauté LGBT contribue de manière significative à l'économie américaine, et les entreprises avisées devraient planifier leurs stratégies en conséquence. En sachant ce que les consommateurs LGBT recherchent, où ils le trouvent et en quelle quantité ils le consomment, les entreprises seront mieux équipées pour développer et promouvoir des produits qui deviendront la prochaine grande nouveauté.

Laissez-vous porter par la musique

Sur tous les canaux musicaux, les fans de musique LGBT affichent des niveaux d'engagement plus élevés que leurs homologues non-LGBT. Par exemple, les fans de musique LGBT surindiquent les dépenses liées aux billets pour assister à des festivals de musique (indice 123, soit 23 % de probabilité en plus), à l'abonnement à des services de streaming (126) et au fait d'aller voir un DJ qu'ils connaissent se produire (150).