Skip to content
Connaissances > Audiences

Que boivent les baby-boomers australiens ?

1 minute de lecture | Toby Jones, Directeur, Groupe de l'industrie du détail | Janvier 2018

Lorsqu'il s'agit de boissons alcoolisées, les baby-boomers (Australiens âgés de 55 ans et plus) constituent un segment à ne pas négliger. Comparé à l'ensemble de la population australienne âgée de 18 ans et plus, cet important segment démographique apprécie certainement de boire un verre, puisque plus des deux tiers d'entre eux déclarent avoir consommé une boisson alcoolisée au cours du dernier mois, contre un peu plus de la moitié des Millennials (18-34 ans) et 64 % de la Gen X (35-54 ans).

En général, les baby-boomers disposent également d'un revenu disponible plus important qu'il y a cinq ans - ils ont un revenu personnel et un revenu du ménage plus élevés et dépensent davantage pour les activités de divertissement et de loisirs.

La boisson préférée des baby-boomers est un verre de vin, suivi de près par la bière. Ils sont également plus susceptibles d'avoir bu du scotch ou du whisky au cours du mois écoulé.

Un baby-boomer sur quatre est à la recherche d'un "bon rapport qualité-prix" lorsqu'il achète des vins. Toutefois, cela ne se fait pas au détriment de la qualité, puisque les baby-boomers sont 35 % plus enclins à dépenser davantage pour des vins et spiritueux de qualité. Ils sont également plus enclins à acheter des vins "naturels" (dont les ingrédients et le processus de brassage sont naturels et qui ne contiennent ni conservateurs ni additifs). Près de la moitié (44 %) des baby-boomers affirment avoir trouvé des avantages pour la santé dans la consommation de vin.

Pour atteindre les baby-boomers australiens, les détaillants et les marques devraient envisager d'investir dans des catalogues, car les baby-boomers sont 30 % plus susceptibles d'avoir lu un catalogue de boissons alcoolisées au cours du dernier mois. Les baby-boomers sont également plus susceptibles d'être des téléspectateurs assidus des chaînes de télévision gratuites, des radios commerciales et des journaux. Une combinaison efficace de publicité de masse et de publicité locale sur ces canaux médiatiques est donc un bon indice pour atteindre ce groupe d'amateurs de vin.

Source : Nielsen Consumer & Media View, base de données nationale, octobre 2016 - septembre 2017, Base : 18+