Skip to content
Aperçus > Médias

Attrapez un tigre : Tirer le meilleur parti de la vidéo aujourd'hui et demain

2 minutes de lecture | Juin 2014

Les consommateurs passent beaucoup de temps à regarder des vidéos - sur les téléviseurs et sur d'autres plateformes. Les globes oculaires sont passés du visionnage de la télévision en direct à un mélange de consommation en direct PLUS DVR PLUS à la demande sur un téléviseur ou numériquement via une console de jeu, un smartphone, une tablette ou un ordinateur. Les consommateurs sont à l'origine de changements rapides, consacrant leur temps et leur argent à un large éventail de plateformes.

Mais le secteur est-il prêt à tirer le meilleur parti de ce nouveau paysage vidéo ?

Oui... et non.

Selon Kristian "Kris" Magel, directeur des investissements, Initiative, Interpublic Group, "Ce nouveau monde n'est pas un problème, c'est une opportunité." Les consommateurs regardent autant de vidéos que par le passé, si ce n'est plus. La différence est qu'ils échangent certains visionnages en direct contre des visionnages en différé ou à la demande. Mais ce n'est pas une mauvaise chose. La clé, selon M. Magel, est de pouvoir mesurer la consommation de vidéo où qu'elle se produise et de l'examiner de manière cohérente.

Et M. Magel incite ses clients annonceurs à faire de l'approche vidéo globale une "évidence". Cependant, d'autres facteurs entrent en jeu. Il souligne que les mesures effectuées par des tiers sont essentielles et que les sociétés de médias doivent appliquer une tarification qui permette aux dollars de circuler entre les plateformes d'une manière tout aussi holistique.

Pour les sociétés de médias, en revanche, l'évolution des habitudes de consommation a redéfini le succès - et leurs stratégies de monétisation de leur inventaire publicitaire. "Ce n'est pas le numérique contre la télévision... c'est une question d'offre et de demande", déclare Adam Gerber, vice-président, développement des ventes et marketing, ABC Television Network. Il explique que Resurrection, un succès récent, a attiré autant de téléspectateurs que les succès passés de programmes comme Grey's Anatomy et Lost. Cependant, près de la moitié des téléspectateurs étaient à la demande sur les différentes plateformes.

L'important pour un éditeur comme ABC est de comprendre où les consommateurs regardent - que ce soit à la télévision, sur le mobile ou, de plus en plus, sur les téléviseurs connectés - et d'avoir la capacité de le mesurer.

Le secteur fait des progrès considérables en matière de mesures comparables entre les plates-formes, la mesure mobile des publicités et des programmes devant être activée cette année.

Cependant, il y a quatre autres domaines qui doivent être résolus alors que nous avançons vers un monde vidéo holistique, sans écran. Il s'agit de la protection de la vie privée et du défi unique que représente la création d'expériences de mesure sûres dans un environnement numérique dynamique, de la nécessité de droits numériques sur toutes les plates-formes, de la cohésion autour de modèles commerciaux et de mesures telles que la visibilité qui créent une parité entre les plates-formes.

La bonne nouvelle, c'est la volonté des acteurs de l'ensemble du secteur d'engager le dialogue pour aller de l'avant vers un marché de la vidéo compatible avec les écrans. Comme l'a fait remarquer M. Gerber, la technologie et les données évoluent quotidiennement. Le fait de disposer d'un "modèle de mesure auquel nous pouvons tous adhérer" fournira une fonction de base, permettant et facilitant une vision holistique du monde de la vidéo et favorisant d'importantes discussions commerciales.